C’est avec une grande tristesse que nous avons récemment appris le décès d’un membre de longue date de CAMMAC, Maureen Carpenter. Nous tenons à offrir nos plus sincères condoléances à son mari, Graham, ainsi qu’à sa famille et ses proches.

Maureen Carpenter 01

MAUREEN CARPENTER

1938-2021

Maureen est décédée paisiblement à l’hôpital Civic le 10 novembre, à l’âge de 83 ans, après avoir été diagnostiquée de la SLA (maladie de Lou Gehrig) au début de l’été. Au fur et à mesure que sa maladie progressait, elle a gardé son esprit tenace, demeurant à la maison jusqu’à la veille de son décès.

Maureen est née dans la vallée de Rhondda, au Pays de Galles, et a passé sa jeunesse dans la ville avoisinante, Cardiff. Après l’école secondaire, elle a pris un poste de fonctionnaire fonctionnaire et a rencontré son futur mari dévoué, Graham, lors d’un bal communautaire. Elle choisit Graham dans la salle bondée parce qu’il savait danser aussi bien qu’elle! Ils se sont mariés en 1963. Un sens commun de l’aventure les conduit au Canada en 1967, où Graham travaille comme chercheur scientifique aux laboratoires nucléaires de Chalk River. Peu après, Maureen a rejoint le service des ressources humaines des laboratoires. Elle est ensuite admise à l’Université Carleton dans un programme de maîtrise, dont elle sort diplômée en 1982. Ils ont déménagé à Ottawa en 1981 où Maureen a travaillé pendant vingt ans à l’élaboration de fichiers nationaux de données sur la mortalité et le cancer à Statistique Canada, prenant sa retraite en 2002.

Maureen est issue d’une famille de musiciens et a étudié le piano dans sa jeunesse. Après leur déménagement à Deep River, elle a développé un intérêt pour la musique, et elle et Graham se sont joints à la société chorale locale, chantant dans les oratorios et participant aux comédies musicales Broadway. À Ottawa, Maureen s’est jointe à l’Ottawa Choral Society (OCS) en 1983 et est restée un membre actif, siégeant au conseil d’administration à divers titres jusqu’à ce que la pandémie mette fin aux activités. Elle a également été l’un des membres fondateurs de la «Chorale de Statistique Canada». Ces dernières années, elle est revenue à ses racines galloises et a chanté avec un groupe d’amis gallois dans leur langue maternelle. Ils se sont produits à l’occasion de divers événements gallois locaux et provinciaux, ont donné des concerts locaux et se sont produits dans des foyers pour personnes âgées.

Elle était une participante et une partisane très active des Musiciens amateurs canadiens (CAMMAC), aidant à organiser «Come Sing Messiah» pendant de nombreuses années. Les vacances annuelles au lac MacDonald, en été, et à l’Action de grâce, en automne, ont été des moments bien importants, pendant lesquels elle et Graham étaient reconnus autant pour leurs rencontres «Happy Hour» que pour leur participation enthousiaste aux nombreux événements musicaux!

Maureen et Graham Carpenter lors d’une visite à Montréal.

«Maureen Carpenter était la toute première de mes grands-mères honoraires à CAMMAC. Maureen et Graham ne me parlaient jamais de manière condescendante, et me traitaient comme une amie et leur paire même quand j’étais enfant. L’heureux souvenir d’avoir été invitée à leur 5 à 7 vins et fromages au camping à l’âge de 11 ou 12 ans reste indélébile—tout comme, beaucoup plus tard, celui d’avoir chanté des hymnes gallois au cabaret avec Maureen. Maureen et Graham étaient tellement en unison (comment oublier leurs cotons ouatés signés CAMMAC et leurs chapeaux Tilley’s coordonnés ?), et je ne peux imaginer ce que vit Graham. Maureen était une personne si sincèrement charmante—elle va tous nous manquer énormément.»

– Anastasia Llewellyn

 

«Très chère Maureen… toujours souriante, profitant de chaque moment (cours, répétitions de la chorale, activités, repas et bien sûr, les 5 à 7!) en bonne compagnie, au lac MacDonald. Je les appelle «La Gang d’Ottawa»: ils chantent ensemble, ils voyagent ensemble, et ils ne manquent jamasis une occasion de combiner ces deux activités. Quel plaisir ils ont eu à participer au Festival 50 à St. John’s, Terre-Neuve, ou à assister au Festival international de quatuors à cordes à Banff.

Maureen me manque déjà. Ces conférences téléphoniques difficiles avec Maureen et Graham, assis dans des pièces opposées de leur maison, située près d’un lac à Ottawa, vont me manquer aussi. Je regarde les magnifiques photos prises lors du 50e anniversaire de mariage de Maureen et Graham, où ils m’ont invité à jouer un court récital de piano (Mozart, Mendelssohn, Chopin et Albeniz). Tu me manquera Maureen…»

– Anne-Marie Denoncourt

Maureen laisse dans le deuil son mari Graham, les membres de sa famille au pays de Galles et son vaste cercle d’amis – surtout ses amis de CAMMAC. Conformément à ses souhaits, ses cendres seront relocalisées au cimetière Thornhill de Cardiff (Pays de Galles). Une célébration musicale de sa vie est prévue pour le Nouvel An. Les dons sont les bienvenus pour la Société de la SLA, l’OCS ou CAMMAC.